Accueil
 

Traduction


Logiciels
·  Généralités (à lire !!)
·  Bureautique (5)
·  Images (4)
·  Impression (2)
·  Internet (5)
·  Jeux (5)
·  Utilitaires (10)
·  Vie pratique (8)

·  Tous les logiciels (39)


·  Stats freewares
·  Stats démos

Axel
·  CV
·  Portrait
·  Une photo par an !
·  Roman inachevé
·  Roman achevé

Photos
·  Plongée
·  Plein d'autres ;-)

Divers
·  Philo
·  Récursivité
·  Centre de la France
·  Plongée : calcul de paliers
·  Liens

Musique
·  Oeuvres d'Axel
·  Chansons
·  Spectacle Barbara

Poèmes
·  Axel CASADESUS

·  Odette CASADESUS

·  Les petits hommes
·  Almicantarat
·  Astragales
·  Alcarazas
·  A Cappella
·  Aura
·  Inédits
·  Commandes en ligne


INEDITS

 

 


 

A MON PERE POUR SES 80 ANS


Casqué d'argent, droit comme un chêne
Que rien n'a jamais ébranlé,
Tu portes la jeunesse reine
Sur ton front à peine étoilé.

Ainsi l'oiseau du millénaire
Porte-t-il le cheval volant,
L'esprit soutenant la matière
Et l'amour plus fort que le vent.

Je le connais l'oiseau timide
Qui t'a soulevé chaque jour.
Il a l'oeil vert, le coeur sans ride
Et les deux ailes de l'amour.

Je te connais, toi, mon sauvage,
Cheval cabré sous l'ouragan.
Tu caches tes remous d'orage
Mais ton masque m'est transparent.

Toi, la bonté, la force frêle,
Tendresse qui lutte et se tend,
L'équilibre léger d'une aile
A suspendu pour toi le temps.

Quatre vingt fois la même tige
A donné ses rameaux d'argent,
Un envol d'abeilles voltige
Autour de quatre vingt printemps.

Dette
11 avril 1982

 


 

PHOTOGRAPHIE

Deux visages... toute une vie.
La main de l'Ange est sur ton coeur,
Elle protège, elle irradie
L'amour qu'elle porte en majeur.

C'est en mineur que ton visage,
Bouleversant, bouleversé,
Répond au lumineux message
De l'Ange au sourire qui sait.

Qui sait, sous la froide maîtrise,
Trouver la chaleur de l'instant
Et la faille où l'acier se brise
Pourpre dans le creuset du temps.

 


LES NAULETS D'ANJOU

(en forme d'acrostiche)

Longtemps j'avais rêvé d'un village bleuté
Et d'un ciel plein d'émaux, de calme et de silence,
Source d'oiseaux bavards, d'abeilles et d'été.

Naulets d'Anjou blottis dans vos fines faïences
Auriez-vous le pouvoir d'attirer jusqu'à vous
Un instant de beauté comme un cadeau de reine ?
L'hôtesse-tisserande avec son fil si doux
Enchante le regard en camaïeux de laine
Tandis que le palais, comblé de dons divins,
S'émerveille et ressent saveur et gratitude.

Dispersés avec art, les tableaux angevins

Accueillent au détour des murs blanchis et rudes.
N'est-ce point la maison du miracle amical ?
J'avais longtemps rêvé cette impossible quête
Où l'art et la matière expriment l'idéal
Unis dans un envol de musique et de fête.

 


 

POUR ARAM

Plus d'un demi-siècle en arrière
Sous le soleil de Golfe-Juan
Je vis surgir dans la lumière
Un marin sous son béret blanc.

J'avais dix ans et lui le double.
J'étais petite, il était grand
Et je sentis le premier trouble
M'envahir comme un océan.

Les ans ont dévidé leur trame
Sur le duo des quatre mains.
Rien n'a changé malgré les drames,
Restent l'enfant et le marin.


 

ETRE DEUX

Pour Axel et Virginie

Etre deux c'est marcher tout au long du chemin,
C'est poser un front las au creux d'une autre épaule,
C'est rire au même instant d'une remarque drôle,
C'est hésiter parfois, mais la main dans la main.

Etre deux c'est entrer dans une cathédrale,
Ecouter le grand orgue et le silence lourd
Qui suit l'ultime accord. C'est entendre l'amour
Chanter quand tout se tait dès que la nuit s'installe.

Etre deux c'est la vie aux portes de demain,
C'est l'appel de l'aurore à l'heure où l'on s'éveille.
C'est un hymne porté par des milliers d'abeilles,
L'avenir qui s'écrit au fil du parchemin.

Etre deux c'est pleurer avec les yeux de l'autre,
Penser la même chose et n'être qu'un regard
Pour découvrir l'étoile au gré de ses hasards.
Etre deux c'est vous deux, et votre amour le nôtre.

10 avril 1987

 


 

A RAPHAËL "IN UTERO"

avril 1991

Raphaël, je t'ai vu dans ton berceau marin
Avec autour de toi des grottes et des vagues.
Petit d'homme qui dors au coeur de ton écrin
Harmonie est ton nom. Tu flottes, tu divagues
Au fond du ventre chaud où tu tournes cherchant
En quel abysse bleu tapissé d'or et d'algues
Le plongeur sortira le jour du premier chant.

 


 

AUX MARCHES DU PALAIS

Aux marches du palais, tu m'as tendu les bras.
Ils vibrent sous l'envol des bémols et des dièses
Dont tu viens de nimber l'opale de l'aura.
Point n'est besoin de mots pour faire l'exégèse

De ce que tu connais ou devines de moi.
Tout ce qui chante encore au soleil de mes rêves
Tu l'as fait resurgir entre cuivres et bois
Dans cette symphonie où mes amours s'élèvent.

Aux marches du palais, je vais pouvoir bientôt
Entendre crépiter le sistre des cigales
Sur les quatre saisons de leur bleu concerto
Et peut-être demain monter jusqu'aux étoiles !

20 août 1991


L’APRES-SILENCE

Mon silence est tombé pour toi des stalactites
Ces javelots de glace enfoncés dans la nuit.
Devant la page blanche on se sent si petite,
On trébuche aux lacets de l’encre qui s’enfuit.

Mon silence est tombé sans bruit comme une feuille.
Il roule dans les mots en vertige d’oiseaux.
Il faut crever le mur que ma mémoire endeuille,
Revenir au soleil et bercer mes roseaux.

Donner le coup de pied au fond du lac de givre
Pour remonter enfin vers les tièdes printemps.
Au nom de ton amour accepter de revivre,
Aux plis de tes cheveux épingler mes instants.

Pour toi mon cœur en berne ouvre son coquillage.
Entends chanter la mer en sa conque de gel
Et tout l’amour de toi le long de cette page.
Mon silence est tombé comme neige à Noël.

Odette Casadesus
11 avril 1989


JE NE VEUX PAS VOIR L'AN 2000

Je ne veux pas voir l'an 2000
Ni périr la dernière fleur.
Je veux respirer dans ma ville
Le parfum d'un petit bonheur.
Mon fils, tu verras l'an 2000.
Son apocalypse de fer
Engloutira la dernière île
Sous la vague hurlante des mers.

Avant le grand éclatement
Je ne veux pas voir l'an 2000
Emporter le dernier oiseau
Et recouvrir son chant fragile
Des hurlements d'un orgue faux.

Mon fils, tu verras l'an 2000.
Si le temps t'est donné d'ouvrir
Tes yeux sur ce monde imbécile
A cet instant sans avenir.

Je ne veux pas voir l'an 2000
Ni ton dernier étonnement

Avant le grand éclatement



Vous

· Espérance de vie
· Horoscopes
· Biorythmes
· Aide aux jeux de lettres


Bonus
· Météo
· Info trafic

Partenaires

© Axel Chambily - Casadesus 1998 - [Contact]