Accueil
 

Traduction


Logiciels
·  Généralités (à lire !!)
·  Bureautique (6)
·  Images (4)
·  Impression (11)
·  Internet (6)
·  Jeux (5)
·  Utilitaires (10)
·  Vie pratique (10)

·  Tous les logiciels (52)


·  Stats freewares
·  Stats démos

Axel
·  CV
·  Portrait
·  Une photo par an !
·  Roman inachevé
·  Roman achevé

Photos
·  Plongée
·  Plein d'autres ;-)

Divers
·  Philo
·  Récursivité
·  Centre de la France
·  Plongée : calcul de paliers
·  Liens

Musique
·  Oeuvres d'Axel
·  Chansons
·  Spectacle Barbara

Poèmes
·  Axel CASADESUS

·  Odette CASADESUS

·  Les petits hommes
·  Almicantarat
·  Astragales
·  Alcarazas
·  A Cappella
·  Aura
·  Inédits
·  Commandes en ligne

Partenaires
Logos de solution PayPal


Faut pas rêver

Roman

 

Axel CHAMBILY-CASADESUS


1

Tara Lutsang était une drôle de fille. Née en Thaïlande et abandonnée par sa mère, elle avait été adoptée par un couple de français quatre mois après sa naissance, vingt six ans plus tôt. Elle avait bien sûr quelque chose d'asiatique, mais ce quelque chose était très subtil sous des traits en apparence très européens, qui laissaient penser que son père biologique n'avait été qu'un visiteur de passage au pays de l'hévéa. Ses grands yeux noirs brillaient de vivacité derrière de petites lunettes rondes cerclées de métal.

Un peu fashion victim sans vouloir se l'avouer - ni, surtout, l'avouer à ses copines -, Tara portait ce matin la un boléro qui laissait voir son adorable petit nombril et un jean un peu avachi qui permettait de montrer juste-un-tout-petit-peu l'élastique détendu de sa culotte. En revanche, Tara n'aurait porté pour rien au monde une de ces monstrueuses paires de baskets hyper mode qui lui semblaient un crime contre la féminité. Elle leur préférait sans hésiter de fines chaussures à talon et à bout pointu qui, il faut bien le dire, détonnaient un peu avec le reste tout en contribuant à un look pas ordinaire...

Plus féminine que Tara, il était difficile de l'être ! Physiquement en tous cas, toutes ses copines ne cessant de lui répéter qu'elle se comportait comme un garçon. A cause de sa façon d'appréhender la sexualité, qui était pour le moins libre ! La tenue du jour lui avait été inspirée par un savant tirage aléatoire dans les tiroirs de sa commode. En fait, ç'aurait tout aussi bien pu être bas résilles et porte-jarretelles ! Avec, pourquoi pas, un blouson aviateur pour le haut. Et rien en dessous, comme assez souvent. Et pas forcément de culotte. Quand on lui faisait remarquer son goût prononcé pour les séances d'habillage en double aveugle, elle adorait poser la colle suivante :

- Tiens, gros malin qui ne fais rien au hasard, dis-moi combien je dois tirer de chaussettes dans mon tiroir pour avoir une paire assortie, sachant qu'il y a douze paires de chaussettes noires et dix sept de blanches ?

La réponse suivait invariablement après quelques minutes de cogitations intenses mais infructueuses de l'infortuné pris à parti.

- Ben, trois, banane !


2

Il n'y avait pas une foule démente boulevard Saint Michel pour un début de journée de printemps qui s'annonçait sympa côté météo. Tara n'avait pas cours aujourd'hui. La fac de psycho, ça allait bien cinq minutes, mais point trop n'en fallait. Quand ses parents posaient des questions trop insistantes sur l'état d'avancement de ses études, ils avaient facilement droit au rituel "Ca me gave !". Aujourd'hui, c'était juste promenade du côté du Luxembourg. Avec, qui sait, une ou plusieurs rencontres agréables et si possible imprévues...

- Tiens, je me ferais bien un petit kawa.

Le serveur n'était guère débordé et ne perdait rien du spectacle que donnait Tara assise lascivement à la terrasse du bistrot, sur le trottoir, apparemment très occupée à peigner ses longs cheveux plus noirs que noirs. Et plus raides que raides. La pensée de quelqu'autre raideur l'effleura un instant quand elle s'en aperçut... Il est vrai que sa façon de se coiffer évoquait autre chose que le salon voisin où l'on apercevait des mémés papotantes et permanentées sous des casques brûlants. Surtout quand une main s'aventurait plus bas que nécessaire pour se donner une caresse furtive. Et forcément coquine. Tara était très coquine. Ses copines disaient même parfois cochonne, mais ça ne lui plaisait pas plus que ça.

Un "gratuit", journal de petites annonces, traînait sur la table voisine. Justement, Tara cherchait depuis quelques jours un job pour pouvoir payer sa chambre d'étudiante. Pour ne plus avoir à recourir à la séance de mendicité mensuelle auprès des parents. Qu'elle adorait, OK, mais bon... Entre une demande pour une baby-sitter et une proposition pas franchement claire pour faire des photos, un encadré disait :

"Le Centre d'Etudes Sophrologiques de Paris recherche des volontaires pour des expériences sur le sommeil. Rémunération motivante. Appelez le 01 44 93 87 80."

- Ca tombe nickel, j'adore dormir ! Et si, en plus, on me file des ronds pour ça, je vais adorer !

- Allô ? Le CESP ? Bonjour, j'appelle pour l'annonce.

Tara n'était pas du genre à traîner. Pour une fois, le portable était chargé... Ca devait être un signe du destin, sourit-elle intérieurement !

- Allô ?

On avait bien décroché à l'autre bout de la ligne, mais personne ne répondait. Il y avait l'air d'y avoir un vacarme pas possible, là-dedans, ce qui était surprenant pour un centre d'études sur le sommeil !

- Allô... ?

Tara ne percevait que de vagues bruits de chaises déplacées et des cris étouffés. Au moment où elle allait raccrocher, une voix essoufflée répondit enfin :

- Allô ? Oui, bonjour mademoiselle. Je vous prie de bien vouloir m'excuser, j'ai renversé un pot de fleurs en voulant décrocher trop vite.

- Cela fait toujours autant de bruit quand vous renversez un pot de fleurs ?

- Non, répondit la voix féminine, se forçant à vouloir montrer un air amusé, mais cette pièce est très sonore.

- Et vous vous jetez toujours avec autant de bravoure sur le téléphone quand il sonne ? Le pauvre ! ajouta Tara histoire de mettre encore plus mal à l'aise son interlocutrice.

- Je suppose que vous appelez pour l'annonce, mademoiselle, coupa assez froidement celle-ci.

- Oui, j'aimerais avoir quelques détails, s'inquiéta tout de même Tara.

- Ce n'est pas facile à expliquer au téléphone. Le mieux serait que vous passiez au centre.

- Pas de problème, je suis libre aujourd'hui. C'est où ?

- 28, rue Ligner, pas loin de la porte de Bagnolet (métro Alexandre Dumas, à deux pas du Père Lachaise). Vers onze heures ?

- Parfait, répondit Tara, toujours aussi sûre d'elle, je m'appelle Tara Lutsang.

- Vous demanderez le docteur Alain Vergnes.

En raccrochant, Tara se dit que, décidément, elle était vraiment aussi louf que le prétendaient ses copines de fac. Et, avant de prendre le bus, elle alla s'acheter une part de tarte aux fraises à la boulangerie. Les fraises, elle se disait que c'était bon pour son teint. Elle s'en disait, des trucs, Tara !


Vous voulez connaître la suite ?

Téléchargez gratuitement le roman sous forme électronique au format PDF (lisible avec Acrobat Reader sur PC, Mac, Palm, PocketPC,...) en cliquant sur le lien ci dessous :

Télécharger gratuitement le roman

Et si le roman vous a plu, je ne refuse pas un petit don de 5 euros (paiement sécurisé par carte bancaire ou compte PayPal) !


Un roman qui mélange les genres...

Tara Lutsang est une jeune fille délurée qui tombe sur une petite annonce où l'on propose de rémunérer des étudiants pour les observer pendant qu'ils rêvent... Sa rencontre avec le docteur Vergnes va lui réserver bien des surprises.

Au programme : aventure, érotisme, anticipation, bouddhisme, philosophie, suspense, science, culture, spiritualité, fantastique...



Vous

· Espérance de vie
· Horoscopes
· Biorythmes
· Aide aux jeux de lettres


Habitués
·  Commentaires des visiteurs
·  Envoyer un message


Bonus
· Météo
· Info trafic

Partenaires


© Axel Chambily - Casadesus 1998 - [Contact]